a zeiz da zeiz

Il n'y aura pas d'histoire d'amour.

IMG_1046La visite du matin. Le félin a hésité à s'approcher. Faut dire qu'hier soir, fenêtres ouvertes, il y avait eu une rencontre fort peu chaleureuse. J'ai été alertée par le ton du cri de l'oiseau. Impressionnant. S'en est fallu de très peu qu'il attaque. J'ai rangé le chat vite fait. Car ces oiseaux-là sont des tueurs. J'en garde moi-même d'une attaque passée une jolie cicatrice sur le crâne ! De plus on est en pleine période de nidification, ça les rend encore plus féroces. Celui-ci habite sur une de mes cheminées, dont il a chassé un vieux couple de choucas fidèles. C'est Chicago sur les toits ici ! je vais quand même pas vivre fenêtres fermées à cause de ces assassins en puissance !

Posté par plumequivole à 09:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]

En revenant du jardin

IMG_1044Le camion de Plume est à l'hôpital pour une période indéterminée, donc elle va au jardin à pied. Enfin soyons honnête, vu la chaleur elle avait vaguement honte de rester au donjon et elle s'est décidée aujourd'hui à aller s'occuper de ses mauvaises herbes plantations. 3/4 d'heure pour aller et autant pour revenir ça réduit considérablement le temps à passer sur le terrain. Et puis Plume a des petits ennuis, un pied qui fait son vilain, et j'avais un peu d'appréhension, parce qu'une fois partie faut bien arriver n'est-il pas...Et surtout revenir ! Bon, de ce côté-là bilan globalement positif. Ne ferais certes pas de randonnée pour le moment, mais bon, traverser la ville par le long de la ria, ça va. Me suis même offert un petit détour par l'église St-Jacques (14e) que j'aime beaucoup. Quasiment impossible à photographier, nichée qu'elle est à flanc de colline et pour ainsi dire empaquetée entre maisons, escaliers, vieux hauts murs de toute part. Mais la mignonne bébête qui grimpe, là, quasiment à hauteur de femme, elle se laisse tirer le portrait.

Ainsi que les 2 cloches qui m'enchantent quand je suis au jardin à l'heure de l'angélus.

IMG_1033

Et puis après, vous savez quoi, je me suis écouté, fenêtre large ouverte sur la mer au serein...la Passion selon St-Matthieu sur France-Mumu !   j'en entends qui ricanent et crient à l'obsession ? Bon, en tout cas moi je suis contente, et tranquille jusqu'à l'an prochain, même jour même heure.

Posté par plumequivole à 00:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Gwenn ha du

IMG_1028

Posté par plumequivole à 10:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]

La bonne surprise du jour

Angry Smiley Face Clip Art 21 Plume va sans doute perdre son petit boulot mensuel de relecture-correction. Mes employeurs (asso culturelle) ont l'URSS-Af sur le dos parce que je ne fais pas de factures. Je ne fais pas de facture parce que je n'ai pas de Siret. Il faudrait pour ça que je sois "auto-entrepreneuse" et ça merci bien, je l'ai déjà fait il y a quelques années, ça m'a coûté un bras en charges, ça m'a coûté plus que je ne gagnais ! En plus comme je suis à la retraite je ne suis même pas sûre de pouvoir le faire. De toute façon c'est hors de question. Quand je "vends" mon boulot, je passe donc par les Agessa, la caisse des artistes indépendants et je fais des "notes d'auteur" qui sont déclarées à l'URSS-Af, et donc moi et mes employeurs occasionnels on paie tout ce qu'il faut payer. Oui, mais si ça marche pour les traducteurs ça ne marche pas pour les correcteurs. Bref, mes employeurs sont dans la merde et moi aussi.

Bon, ben on va restreindre son train de vie...Le hic c'est que je ne vois plus trop comment restreindre.

J'irais bien manifester, mais Maquerond a dit, pas après 70 ans, sinon pan pan sur le crâne.

Et puis merde, j'aime bien ce boulot ! Et mes employeurs sont contents de moi. C'est pas juste. Du coup je ne suis pas au plus aimable de mon humeur ce soir, mais c'est pas grave personne ne risque de venir me gratouiller le poil. faut juste que j'évite d'aller me manger le sang à lire plus avant les discussions fessebouquiennes actuelles. Trouvez-moi un ermitage !

Posté par plumequivole à 22:19 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Pilate & Joséphine

Plume est fondamentalement indifférente aux dates des fêtes religieuses, chrétiennes ou pas. Sauf une: Pâques. Parce que  chaque année à pareille époque, elle qui ne sait jamais vraiment se repérer dans les mois, les semaines, les jours, bref le temps du calendrier, elle se réveille subitement comme par enchantement et se cherche fébrilement sur le net une Passion de son Johann-Sebastian préféré programmée sur une radio ou une télé. Matthaus ou Johannes, peu importe, elle aime les deux. Des fois elle trouve, des fois elle ne trouve pas. Quand elle ne trouve pas elle a recours au double CD qu'en des temps meilleurs elle s'offrit. Mais cette année Arte reprogramme une retransmission depuis Nuremberg, déjà vue et écoutée donc. Et si je dis vue c'est qu'elle a la particularité d'être mise en scène, bien que cela se passe dans une église. Mise en scène très sobre d'ailleurs, rien d'autre que quelques déplacements et face à face entre les protagonistes principaux, mais qui renforce l'aspect tragédie théâtrale de l'histoire et j'aime bien.

Johannes donc cette année. Une passion dont le personnage principal curieusement est...Pilate. Dont on s'aperçoit qu'il n'était peut-être pas du tout le gars qui s'en lave les mains. En tout cas c'est le choix de l'auteur du livret et ça va loin puisqu'il fait tout ce qu'il peut pour changer le cours de l'histoire. Et je trouve cette idée bien intéressante. Je n'y avais jamais prêté attention.

Comme c'est programmé à 2 h du matin et que ma dévotion à Bach ne va pas jusque là, je l'ai tranquillement regardée cet après-midi, en deux temps, en regardant la pluie tomber et les goélands planer dans le vent. Je ne comprends rien au système Arte mais j'en profite.

Et j'ajoute, juste pour que les vilains se moquent de moi, que Jésus est fichtrement beau gosse. Bon, Pilate n'est pas moche non plus, mais Jésus, nom de Zeus...

Après quoi, comme je n'avais rien de mieux à faire ce soir, j'ai regardé un doc sur Joséphine Baker. Dont j'ignorais absolument qu'elle fut une résistante active en France pendant la guerre et militante des droits des noirs dans son pays qui pourtant ne lui fit pas la vie douce. Et une femme fichtrement intelligente si j'en juge par ses écrits. Comme quoi on apprend tous les jours.

Posté par plumequivole à 23:57 - Commentaires [15] - Permalien [#]